Accès Page
 







                                          Retour  Menu  Accueil  classe64.com 



Accès Page Affichettes
LA PETITE HISTOIRE DE L'AFFICHETTE
LA PETITE HISTOIRE DE L'AFFICHETTE ...

L’affichette est une affiche de petit format d’environ 35 cm par 25 cm.
Elle fait son apparition à l'occasion de la fête des conscrits de 1958 et voit le jour grâce à l’imagination d’Antoine LAMARSALLE, alors président de l’interclasse en « 8 » et de la classe« 18 ».
Pour la réaliser, il s’est inspiré des fanions colorés des fêtes populaires.
La première raison de sa création est purement esthétique : agrémenter les rues de la ville et créer une ambiance propice à la joie et au divertissement. Aujourd’hui elle est vendue pour faire connaître la classe, annoncer la fête et pour apporter des fonds à l’organisation de la fête des Conscrits.
L'affichette prépare la ville aux réjouissances
et participe en quelque sorte à la bonne humeur  qui s'empare des habitants.
Objet de fierté pour les membres de la classe, elle figure au rang des objets fédérateurs au même titre
que le drapeau, à cette différence près qu'à chaque fête, c'est à dire à chaque âge,
une nouvelle affichette décore les salles, les vitrines des commerçants, les voitures et... les coeurs.
Après la fête, l'affichette peut être rangée dans la boîte à souvenirs : il serait parfaitement mal venu de la ressortir dans 10 ans ! Nouvelle décade, donc nouvelle affichette !
Création caladoise par excellence,
L’affichette possède une identité bien marquée grâce à des symboles représentant Villefranche, régulièrement repris : la silhouette de la collégiale Notre-Dame des Marais, la rue Nationale ou les armoiries de la ville.

On retrouve aussi certains attributs du Conscrit :
le gibus, le bouquet d'oeillets et mimosa, voire même un conscrit en  costume.

Les premières années, l’affichette était réalisée sur un papier maintenu par de simples bâtons.
Toujours déclinées sous les couleurs associées à la Calade (le rouge et le vert), les affichettes font l’objet d’une compétition créative où le chiffre de la classe est représenté sous diverses formes stylisées ou humoristiques.
De véritables concours de dessins sont organisés par les comités interclasses et font appel au génie artistique.

Certaines années, les affichettes sont réalisées par des graphistes professionnels, conscrits de l'année,
comme Jacky AUGAGNEUR, artiste-peintre caladois et illustrateur-graphiste,
qui en a produit plusieurs depuis 1974, alliant sa technique d’imprimeur professionnel et son art.

Derrière cette petite oeuvre qui paraît si simple et innocente, se cachent parfois quelques âpres discussions.
En effet, les concepteurs doivent s'attendre à quelques critiques de la part du Jury de l'interclasse :
trop rouge, pas assez vert...

Les innovations nécessitent un travail de recherches et de qualités esthétiques.
Elles restent limitées car difficilement consensuelles.

Ainsi, la conception d'une affichette peut être un sujet polémique. Par exemple, pour se démarquer, un dessinateur avait choisi de représenter l'hôtel-de-ville plutôt que l'inévitable collégiale Notre-Dame-des-Marais. Il voulait faire allusion aux origines de la fête, avec le tirage au sort qui se déroulait à la mairie.
Mais, pouvant passer pour une évocation politique, car l'année en question était électorale,
cette nouveauté fut refusée. Exit l'hôtel-de-ville, retour à la flèche !


USAGE

Une fois l’affichette réalisée, le comité interclasse passe commande auprès d’un imprimeur de la ville
qui produira entre 10 000 et 15 000 exemplaires.

Ensuite, les conscrits de l’année, de tous âges confondus, parcourent la ville pour vendre
les affichettes aux habitants, commerçants et industriels.

Certaines années, le chauvinisme caladois se permet quelques écarts avec la création d'affichettes qui ne possèdent ni le nom, ni les symboles de la ville. Bien que contestée, cette incartade permet aux conscrits de vendre cette production dans les villages alentours pour bénéficier d’un financement plus important.
Anecdotique au départ, l’affichette figure parmi les traditions que les conscrits ont su préserver et fait aujourd’hui partie du patrimoine de la fête et de la mémoire locale.
Haut de Page                                                                   Retour page Affichettes